Agathe De Rouck

Agathe De Rouck est née en 1984 à Bruxelles et après des débuts autodidactes en sculpture, Agathe tombe d’amour pour cette terre qu’elle pétrit sans relâche depuis quelques années maintenant.

De sculptures en terre aux bronzes actuels, ce sera d’ailleurs le fil rouge de son parcours. En quelque sorte, Agathe poursuit une quête de solitude, intrinsèque à chaque homme. Elle aime se retrouver seule et créer, donner vie à ces corps alors informes. Les sculptures d’Agathe De Rouck sont habitées d’une telle présence qu’elles bousculent nos certitudes, secouent ce qu’il y a à secouer, font naître un désir dans les yeux de leur spectateur. Se produit alors un dialogue, un monologue parfois, où tous les questionnements sont permis. Rodin le disait en parlant de sculpture comme “l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre”.

Aujourd’hui, un siècle plus tard, on peut dire qu’Agathe l’a compris en poursuivant son voyage et ses questionnements grâce à ces Hommes forts et fragiles à la fois, à l’image de Force tranquille.

Pour certains, les sculptures d’Agathe témoignent de la beauté humaine et des émotions qui en découlent, parfois difficiles à apprivoiser. Pour d’autres, elles sont le fruit d’une recherche spirituelle, là où les émotions se palpent, se ressentent, se vivent dans leur intégralité, sans nier ce qui est. Ces corps en mouvement ou en pensées vers une destination encore inconnue. Ces corps qui touchent, qui nous touchent en faisant vibrer ce qu’il y a de plus profond en nous.